La C.N.R.C.B

La Commission Nationale de Reconnaissance des Cols de Belgique

 

GENERALITES
La C.N.R.C.B existe toujours bel et bien, même si elle n'est plus constituée
aujourd'hui que de deux membres. Informelle de naissance, elle est devenue
formelle et effective.


Rappelons qu'elle est
* non reconnue ni encouragée par une partie du Bureau de la Confrérie des Cent Cols ou de
la CERP, anciens ou nouveaux.
* félicitée, encouragée, mais non partenarisée par l'IGN Belgique (lettre
officielle de l'Administrateur Général J.De Smet, le 9 Août 1994)
* reconnue, encouragée et partenarisée par la Fédération Belge du
Cyclotourisme (lettre officielle du président C. Noullet le 28 Avril 1998)
* reconnue, encouragée et partenarisée par les Editions cartographiques De
Rouck (lettre officielle du PDG P.Le Hodey le 27 Mai 1998)
* reconnue comme source crédible d'information et partenarisée par les
Conseils Communaux des Communes de Amay, Amblève, Andenne, Anhée, Anthisnes,
Assesse, Aubel, Bastogne, Beauraing, Bertrix, Bièvre, Bouillon,
Braine-le-Comte, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Court-Saint-Etienne,
Dinant, Durbuy, Esneux, Eupen, Ferrières, Houffalize, Houyet, Huy, La Roche,
Manhay, Montigny-le-Tilleul,Namur, Nassogne, Neufchâteau, Philippeville,
Profondeville, Renaix, Saint-Hubert, Spa, Sprimont, Stavelot, Viroinval,
Vresse-sur-Semois et Waimes (tous documents officiels disponibles
sur simple demande datant de 1991 à 2001).
* récemment reconnue comme organisme officiel de reconnaissance et
interpellée comme telle par le Conseil Communal de Theux.
* soutenue par 44,19% des membres de la Confrérie, ce qui représenterait
plus de 2.000 membres (résultats du dernier référendum ) et en tout cas 684
votants sur 1548.
* reconnue dans ses travaux antérieurs par le GTCB dont le premier
communiqué officiel reprenait intégralement l'acceptation de la liste des
cols alors reconnus, cartographiés et/ou panneautés et listés uniquement par
le soin de la CNRCB.

Etant donné ce qui précède, Paul Gilson et Daniel Gobert, dans ce
communiqué, ne représentent pas qu'eux-mêmes, mais tous ces organismes,
conseils ou groupes dans l'acception, les droits et les limites des termes
de leurs partenariats respectifs.

FONCTIONNEMENT ACTUEL
Article 1.
La CNRCB rappelle son double engagement de départ
a) motiver les jeunes belges, par de belles ascensions belges menant à des
passages géographiques, à arpenter par après les passages de Haute Montagne.
b) motiver les cyclogrimpeurs non belges à venir visiter les passages
géographiques valant le détour au sommet d'ascensions en Belgique.

Article 2
La CNRCB a fixé ses propres critères objectifs en rapport avec son double
engagement. Elle a répertorié les passages géographiques, reliant deux
vallées entre deux monts à condition que la somme des différences d'altitude
avec ces deux monts atteigne 20 mètres.

Article 3.
La CNRCB n'a jamais reconnu ou nommé aucun passage d'autorité. Seule la
source officielle d'officialisation de nomination de ces passages par les
Conseils
Communaux, a inscrit ces passages sur ses listes, a permis le panneautage
officiel et a inséré leur indication par les Editions De Rouck sur leurs
cartes provinciales et Atlas routier, par la suite.

Article 4.
La CNRCB a poursuivi au départ la coutume créée par la Confrérie elle-même
avec de nombreux cols français et avec les premiers cols belges. Les
réactions du Bureau et de la CERP qui, entretemps, avaient révisé leur
opinion au sujet de la "nomination et de l'officialisation de nouveaux
cols", a fini par amener une polémique agressive et un dialogue de sourds
que la CNRCB n'a jamais désirés.

Article 5.
La CNRCB a toujours agi en conformité avec l'article 2 et n'a encore jamais,
depuis la création de celui-ci, agi en non conformité avec le tout récent
article 11, bien qu'il ait été imposé après inscription à tous les membres.
La pose des panneaux a toujours été réalisée sous le couvert de l'autorité
communale, conformément aux lois en vigueur en Belgique, y compris dans le
format des dits panneaux (les F35 - panneaux touristiques officiels).
Elle a accepté, en se trouvant dans l'opposition, la proposition initiale du
GTCB puisque décidée à la majorité des participants.
Elle ne se montre jamais réticente par principe à aucune proposition
nouvelle, si celle-ci permet son double engagement de départ et ne nie pas
en bloc la liste complète établie d'après ses travaux depuis 10 ans.

Article 6.
La CNRCB a toujours défendu des critères objectifs, officiels et
vérifiables. Elle réfute par conséquent absolument le critère historique
d'un passage, qu'elle ne comprend pas, n'ayant jamais obtenu de réponse
officielle du Bureau ou de la CERP à ce sujet. Elle ne suivra ce critère
dans son listage interne que si la Confrérie exige pour tout passage de tout
pays, un document officiel usité internationalement et aisément vérifiable.
Elle se montre par contre très favorable à ce que le GTCB confectionne une
liste parallèle à celle déjà réalisée en France des synonymes belges
indiquant le passage d'une vallée à une autre (exemple : virée = voyage
rapide ; les mots wallons ad hoc + les mots germaniques Kreuz, kruis,
Ecke,...).

Article 7.
La CNRCB aimerait travailler de manière constructive avec le GTCB dans le
cadre imparti à celui-ci en vue d'assurer l'avenir de la Confrérie. Elle
souhaite le début de travaux en commun sérieux. Elle offre son travail de
repérage au GTCB si le travail de sélection postérieur s'effectue
sérieusement, au cas par cas, et dans le respect de ses deux engagements de
départ. Elle n'a pas l'ambition de gonfler inutilement la sélection, mais au
contraire, d'affiner celle-ci pour en tirer le meilleur du réalisable.

Article 8.
La CNRCB n'a aucune caisse, ni aucun compte. Tous les frais relatifs aux
courriers, établissements de dossiers, déplacements de ces dix dernières
années ont été couverts par les portefeuilles personnels de ses membres.
Aucun contrat passé avec les Communes ou les Editions De Rouck n'a donné
lieu à un engagement financier réciproque ou unilatéral de quelque nature
que ce soit. La CNRCB est libre de tout engagement financier. Elle s'estime
toutefois le droit de privilégier l'engagement moral et/ou écrit qu'elle a
convenu avec les communes et les Etablissements De Rouck, et le devoir de
respecter les personnes humaines dans le travail qu'elles ont accompli dans
ce créneau.

Article 9.
Même si ses membres actuels sont membres de la C100C et du GTCB, la CNRCB
reste indépendante dans le cadre du droit international de base sur la
liberté d'entreprendre. Toutefois, elle fait remarquer qu'elle a arrêté
jusqu'à présent, dans l'attente d'un dénouement serein du débat actuel,
toute action menant à une nomination industrielle de ses repérages. Elle
tient à montrer par ce geste la preuve de sa bonne volonté malgré les
attaques virulentes dont elle a été l'objet à l'AG de la Confrérie en 2000.

PROPOSITIONS
Proposition 1.
La CNRCB propose l'envoi par le GTCB à tous les membres belges, aux frais de
la Confrérie, d'une lettre de demande d'inscription à l'AG des Cent Cols
belges, qui se déroulera le jour de la concentration nationale du 28
Septembre 2002, dans une salle proche de Roy.

Proposition 2
La CNRCB propose de diviser ses listes actuelles de repérage des cols de
Belgique en deux catégories, elles-mêmes sous divisées en deux autres.

Catégorie 1
182 cols (les 176 reconnus par les Communes, proposés initialement par le
GTCB, moins les erreurs, plus les oublis et les nouveaux cols proposés par
la commune de Theux, sans implication préalable de la CNRCB)

Catégorie 1a : Parmi ces 182, les cols qui ont été panneautés officiellement
avec l'accord des Conseils Communaux et/ou les cols notés sur IGN et/ou les
cols restants considérés comme "incontournables" en rapport avec le double
engagement initial de la CNRCB.(preuve à l'appui).

Catégorie1b : Parmi ces 182, les cols inexistants sur IGN qui n'ont pas
encore été panneautés et que la CNRCB ne trouve pas "incontournables" en
rapport avec ses engagements initiaux. Ces cols seront débattus et
éventuellement supprimés lors de l'AG belge. La CNRCB se chargera alors de
demander aux Editions De Rouck de les retirer de leurs éditions.

Catégorie 2
les 258 cols repérés restants (sans reconnaissance communale actuelle)

Catégorie 2a : Parmi ces 258, les quelques cols semblant "incontournables"
en rapport avec ses engagements initiaux. Ces cols seront débattus et
éventuellement promus au rang de "nommables officiellement" lors de l'AG. Il
appartiendra alors à la CNRCB de réaliser à leurs sujets un travail
semblable aux précedents, sous réserve d'acceptation des communes alertées.

Catégorie 2b : Parmi ces 258, les cols moyens (en fait une très large
majorité),
sans réel apport quant aux engagements initiaux. Ces cols seraient classés
sans suite à l'heure actuelle.



Elle souhaite, comme le GTCB, être écoutée sans a priori négatif.

Elle présente à tous, ses souhaits profonds d'entente future dans le cadre
d'une saine, dynamique et conviviale intersection des capacités de chacun.

Avec nos meilleures amitiés cyclogrimpeuses.
Le 11 Mars 2002
Paul GILSON - Daniel GOBERT

*

Nous en proposons aujourd'hui 124 en vue d'une reconnaissance officielle par
la Confrérie, via l'appui éventuel du GTCB. Comme annoncé, ils sont issus
après sélection, de la liste initiale des 176(+6 oubliés ou nouveaux à notre
insu). Nous en avons sacrifié plus de 50, eux-mêmes pourtant reconnus, voire
même proposés par les communes. Nous avons fait un gros effort.

Ceux qui restent ont tous été reconnus par leurs communes et nous semblent
"incontournables". Ils sont soit panneautés(52), soit l'ont été(3), soit
sont sur IGN(1). Ou alors, ils sont aussi reconnus, mais non encore
panneautés en étant toutefois vraiment remarquables au sens de la CNRCB
(68).**

Nous avons également réduit l'ancienne liste générale plétorhique des 442
cols potentiels à 180, après un immense et difficile élagage de la liste
complèt des reconnus et des non reconnus actuellement. Il en reste 181 parmi
ces 442, que nous allons continuer à promouvoir et qui sera à Paul et à
moi-même, notre dernier compromis.

Faites le calcul : 180 - 124 = 56. La CNRCB propose donc une liste actuelle
de 124 au GTCB et à la CERP, mais prévient qu'elle va continuer à oeuvrer
pour faire reconnaître les 56 cols remarquables** au sens de la CNRCB,
restant en Belgique. Cela prendra le temps qu'il faudra, mais nous
continuerons. Nous mettons aussi tout le monde devant la question de notre
position future en cas de nomination et/ou panneautisation indépendante de
notre volonté.

**Pour le caractère remarquable du col, vous trouverez sur la liste (site ou
papier) une cotation en étoiles, offrant deux étoiles si
1) le col est panneauté officiellement (F35 ou similaire auparavant)

et une étoile supplémentaire si
2) le col est reconnu par la commune
3) le col est cartographié
4) le col est géographique avec une somme des différences aux deux monts
supérieure à 20m
5) le col a un versant au-moins repris dans le Cotacol (les 1.000 côtes les
plus remarquables de Belgique)
6) l'altitude du col est supérieure à 500m
7) la dénivelée d'au moins un versant est supérieure à 150m (moyenne des
côtes du Cotacol)
8) le nom sur la carte IGN est repris dans la liste des synonymes de la
CNRCB
9) le col est un monument du cyclisme ou du cyclotourisme (brevet de légende
ou classique pour professionnels).

Dans le but d'offrir aux non belges un déplacement valant le détour, la
CNRCB ne pouvait faire mieux. Elle s'est pliée en 4 pour plaire à tout le
monde. Elle ose espérer un véritable effort de partenariat auprès du GTCB et
de la CERP.

Le 25 Mars 2002

Paul Gilson - Daniel Gobert